La route des Sanguinaires

Il s’agit sans doute des 10 kilomètres les plus connus du Golfe d’Ajaccio, entre la ville et les fameuses îles Sanguinaires ( ou plus exactement la presqu’île de la Parata).

Les saisons de la Route des Sanguinaires

Parfois qualifiée de Sunset Boulevard ajaccien, cette route côtière possède une côte d’amour incomparable, et multigénérationnelle.

C’est là que l’on vient se promener les dimanches d’hiver, marcher au bord de la mer après le repas dominical, bras dessus bras dessous, à refaire le monde et tous les putachji ajacciens. C’est là aussi que l’on croise tous les sportifs du dimanche ( mais uniquement) qui courent, pédalent, mais aussi surfent et naviguent.

L’été ( le long été ajaccien, du printemps à l’automne) les plages de la Route des Sanguinaires sont aussi les premières prises d’assaut par les fanatiques de la marque du maillot mais aussi par une population habituée à prendre le soleil depuis toujours et se retrouver à Marinella, l’Ariadne ou le Scudo pour profiter de la Dolce Vita locale. Ces longs moments de plages estivales sont bien souvent complétés ou agrémentés par un moment passé dans les nombreuses paillotes de la rive nord du golfe d’Ajaccio.
Toutes ont leurs afficionados et leur saison tendance. Car sur la Route des Sanguinaires, ont a ses habitudes, on ne va pas à la plage ou au restaurant mais on va à la Terre Sacrée ou au Macumba, à Moréa, Chez Pech ou à Barbicaja, au Scudo ou à Cala…. Tout un programme crypté qu’il faut savoir décoder.

Les hauts lieux de la route des Sanguinaires

Cette route n’est pas simplement un lieu d’oisiveté. Elle compte aussi quelques monuments importants et lieux phares que vous devez connaitre, depuis son point de départ jusqu’à la Tour de la Parata.

La chapelle des Grecs

Située au tout commencement de la Route des Sanguinaires, cette petite chapelle occupe un lieu superbe quasiment au coeur de la ville. Après la plage du Trottel, la chapelle fait face à la mer depuis des siècles.
Elle est qualifiée de chapelle des grecs depuis l’époque de l’installation de colonies et migrants, fuyant les persécutions turques. Ces habitants du Péloponnèse fuient et trouve refuge en Corse, grâce à l’intervention génoise, pour s’installer à Paomia, dans la région de Cargèse en 1676. Le conflit avec les locaux ne permettra pas la première installation pérenne et les repoussera sur Ajaccio en 1729. L’église del Carmine deviendra ainsi la Chapelle des Grecs.

La maison de Tino Rossi

Le célèbre chanteur Tino Rossi est un enfant d’Ajaccio. Né dans la rue Fesch au cœur de la ville le 29 avril 1907, de son vrai nom Constantin Rossi, il a connu un vrai succès de chanteur populaire. Mais sa chanson la plus connue reste bien sur Petit Papa Noel.
Entre Marinella et Le Scudo, sur la route des Sanguinaires, on longe la maison de Tino Rossi ( il est enterré dans le cimetière marin, lui aussi sur la route des Sanguinaires). Sa maison, ancienne propriété du parfumeur François Coty, est aujourd’hui un temple (fermé) à sa mémoire. Le superbe parc attire les regards curieux par dessus le long mur extérieur.

Le monument de la Terre Sacré

Ce monument trône sur la très belle plage du même nom, à l’embranchement de Capo di Feno. La borne de la Terre Sacrée a été érigée ici en 1933 en souvenir de tous les morts corses disparus pendant la 1ere guerre mondiale. Six monuments identiques existent en France ( dont celle d’Ajaccio) contenu de la terre provenant des plus grands champs de bataille comme Verdun. Un lieu de mémoire finalement assez peu reconnu par les visiteurs plus attirés par la beauté de la plage et des établissements qu’on y trouve.

Le cimetière marin d’Ajaccio

Situé face à la mer, dans une partie d’Ajaccio qui jadis était éloignée du centre ville, le vaste cimetière est aujourd’hui bien trop petit malgré ses multiples extensions. La structure surprenante des tombes ( ou plutôt des caveaux de famille) véritables chapelles individuelles destinées à des familles ajacciennes, donnent une impression de petite ville avec ses allées et ses ruelles. On y retrouve, entre autre, la chapelle funéraire de Tino Rossi.
Ouvert au public en permanence, il permet la visite mais dans le plus grand respect dû à ces lieux.

La Tour de la Parata et le Grand Site

La fin de la Route des Sanguinaires s’appelle La Parata. Il s’agit d’un vrai cul de sac ( ne cherchez pas la route côtière pour Calvi ici !).
La Parata est aujourd’hui totalement aménagé avec un vaste parking évitant les voitures devant la presqu’île et la Tour Génoise qui veille sur l’entrée nord du golfe.
Lieu de promenade préféré des ajacciens en hiver pendant les terribles tempêtes, c’est aussi le point de départ de plusieurs promenades pédestres sur le « sentier des douaniers » ou vers le  » Chemin des Crêtes ».
Depuis l’embarcadère, il est aussi possible de faire une sortie en mer vers les Îles Sanguinaires ( avec ou sans stop) .

La Tour de la Parata trône au dessus de ce paysage superbe. Edifiée par les génois à la fin du XIV siècle, elle n’est pas visitable actuellement. Par contre, un sentier côtier permet d’en faire le tour complet, pour profiter du point de vue superbe et sauvage ( ballade facile mais demandant un peu d’attention et pas de vertige). C’est aussi un spot incomparable pour les amoureux de coucher de soleil a publier sur les réseaux sociaux.

Coucher de soleil Sanguinaires Ajaccio

Credit photo :
Photos coucher de soleil par Cecile Musy/unsplash
Photo Plage Ajaccio-Corse.com – Usage réservé